RD Congo – "Marche" des chrétiens le 16 février pour la "légalité du pouvoir"/AFP

IMG_9350.JPGAfp : RD Congo – "Marche" des chrétiens le 16 février pour la "légalité du pouvoir"

L’archevêché de Kinshasa veut organiser le 16 février dans la capitale congolaise une "marche pacifique" des chrétiens pour "réclamer la légitimité et la légalité du pouvoir" en République démocratique du Congo, après les scrutins présidentiel et législatif contestés de fin 2011.

"Nous demandons la vérité des urnes", a déclaré mardi à l’AFP l’abbé Pierre Bosangia, directeur du Centre pastoral diocésain Lindonge à Kinshasa, et l’un des organisateurs de la marche.

Mi-décembre, l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, avait jugé "conformes ni à la vérité ni à la justice" les résultats de la présidentielle du 28 novembre remportée par le chef de l’Etat sortant Joseph Kabila.

Arrivé deuxième du scrutin, l’opposant Etienne Tshisekedi s’est autoproclamé "président élu" et a rejeté les résultats en dénonçant de multiples irrégularités également constatées par les missions d’observation nationales et internationales.

M. Tshisekedi a aussi considéré comme "nulles" les législatives -couplées à la présidentielle-, remportées par le camp Kabila selon les chiffres provisoires la Commission électorale (Céni). Les résultats définitifs doivent être donnés d’ici début avril par la Cour suprême, après traitement des recours.

"Nous disons qu’il y a eu tricherie, qu’on doit annuler les élections et que la Céni doit démissionner", alors que le cycle électoral (provinciales, sénatoriales, locales) doit se poursuivre jusqu’en 2013, a précisé l’abbé Bosangia.

Plusieurs sessions de "formation" à "l’action non violente" ont été organisées depuis mi-janvier dans les paroisses de Kinshasa, et "environ 22.000 personnes" ont été formées, a affirmé l’abbé qui prévoit "200.000 personnes" à la marche.

"Mais on ne sait pas si on va nous tirer dessus", a-t-il ajouté, faisant allusion à la "marche des chrétiens" du 16 février 1992, organisée pour obtenir la réouverture de la Conférence nationale souveraine, processus de démocratisation du pays, et qui avait été réprimée par le régime du maréchal Mobutu.

L’événement, non férié, est depuis commémoré chaque année lors d’une messe dans une paroisse de Kinshasa où des victimes avaient été recueillies.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s